VENUS(Aphrodite)

 

Autrement Cypris, fille du Ciel et de la Terre ; ou, selon quelques-uns, de la Mer.

On dit encore que Saturne fut l'auteur de sa naissance, et qu'elle fut formée de l'écume de la mer quoique d'autres veulent qu'elle soit fille de Jupiter et de Dioné. On conte qu'aussitôt après sa naissance les Heures l'emportèrent avec pompe dans le Ciel, où tous les dieux la trouvèrent si belle, qu'ils voulurent l'épouser, et la nommèrent déesse de l'Amour. Vulcain l'épousa, parce qu'il avait forgé des foudres à Jupiter contre les géants, Cette déesse ne pouvant souffrir son mari, à cause de sa laideur, eut une infinité de courtisans, entre autres, le dieu Mars. Vulcain l'ayant surprise avec ce dieu, entoura l'endroit d'une petite grille imperceptible, et appela ensuite tous les dieux, qui se moquèrent de lui. Elle épousa aussi Anchise, prince Troyen, dont elle eut Enée, pour qui elle fit faire des armes par Vulcain, lorsque ce prince alla fonder un nouvel empire en Italie. Elle aima Adonis.

 

 

On dit qu'elle eut Cupidon du dieu Mars, Cette déesse avait une ceinture qui inspirait si infailliblement de la tendresse, que Junon la lui emprunta pour se faire aimer de Jupiter. Vénus était toujours accompagnée des Grâces, des Ris, des Jeux, des Plaisirs et des Attraits. Pâris, devant qui elle se montra dans toute sa beauté, lui donna la pomme que Junon et Pallas disputaient avec elle, et que la Discorde avait jetée sur la table aux noces de Thétis et de Pélée. Elle présidait à tous les plaisirs, et ses fêtes se célébraient par toutes sortes de débauches. On lui bâtit des temples partout. Les plus superbes étaient ceux d'Amathonte, de Lesbos, de Paphos, de Gnide et de Cythère. Elle voulut que la colombe lui fût consacrée, à cause de la nymphe Péristère, qui l'aida à cueillir des fleurs, lors de sa gageure avec Cupidon. On la représente ordinairement avec Cupidon, son fils, sur un char traîné par des pigeons, ou par des cygnes, ou par des moineaux, et quelquefois montée sur un bouc. Il n'y a rien de plus abominable que toutes les débauches que les poètes racontent de cette infâme déesse.

 


RETOUR Sommaire