LA MYTHOLOGIE CLASSIQUE
LES GENERATIONS DIVINES

 

Pendant la période la plus ancienne de son histoire, les habitants de ce qui deviendra un jour la Grèce, conçurent le Temps sur le modèle des saisons, où tout ce qui existe revient périodiquement : un temps cyclique... L'Eternel retour. La première mythologie a très probablement été formée par des peuples encore nomades qui, au cours de leurs migrations pensèrent le Temps comme rythmé - comme celui des saisons - par le retour périodique des mêmes événements. Une fois fixés dans la contrée qui deviendra la Grèce et devenus cultivateurs, ils continuèrent à se représenter le temps comme un éternel retour, un passage sans fin qui faisait se déplacer tout ce qui vit de la vie et la mort d'un lieu à un autre : tous les êtres vivant passant alternativement d'une vie sur la Terre à une vie au sein de la Terre, dont ils remontaient pour se réincarner.

Les contacts entre peuples devenus sédentaires qui étaient porteurs de traditions mythiques différentes expliquent la diversité des divinités entre lesquelles s'établit un ordre de succession supposé régi par le Destin. Ainsi, dans la mythologie de la Grèce, à l'époque classique, les Dieux eux-mêmes étaient soumis au changement : plusieurs générations divines eurent la puissance suprême avant que Zeus établisse son pouvoir absolu et définitif.

Nous ne savons pas pourquoi la conception d'une sussession illimitée des générations divines parut inadéquate aux Grecs de l'époque classique : il y eut très probablement une attente sociale que partagea un poète grec : Hésiode (VIIIe siècle avant J.-C.) pour substitua à l'idée d'un Temps où les luttes des dieux entre eux règlaient par la violence la succession des générations divines celle d'un Temps qui pouvait conduire à quelque chose de définitif, si on parvenait à ruser avec les décrets du Destin. Hésiode - un poète profondément religieux - parvint à assurer à la Divinité suprême des Grecs la stabilité du pouvoir : le mythe de Prométhée .

Hésiode écrivit la Théogonie, s'efforçant de rendre cohérentes plusieurs traditions difficilement compatibles, afin d'établir de façon plausible la généalogie des Dieux succession de familles divines qui aurait pu se poursuivre indéfiniment - si Zeus n'avait pas obtenu une victoire définive. On voit une ébauche de la conception d'un Temps linéaire - d'un temps qui conduit d'un stade à un autre - d'un temps qui ne revient pas. mais la conception d'un Temps pensé comme éternel retour subsiste dans la succession d'un temps où tout se dégrade : la succession des "âges" conduit ineluctablement de l'âge d'or à l'âge de fer, mais laisse espérer le,retour d'un nouvel âge d'opr....

Pour vous aider à avoir une idée de la succession des générations divines, voici une présentation très schématique du récit d'Hésiode.

 

LES DIVINITÉS PRIMORDIALES : Chaos, la Nuit, la Terre, Gaïa, l'Amour.

Chaos : l'espace vide - le "gouffre originel" - d'où sortirent la Nuit, puis la Terre primordiale, Gaïa et l'Amour, c'est-à-dire le principe d'attraction et de cohésion qui va permettre la formation d'un Ordre stable. Sont également cités, parmi ces principes originels, 1'Ether et le Jour.
De la Terre naquit Ouranos le Ciel.

 

LES OURANIDES : Ouranos (le Ciel) et Gaïa (la Terre)

La fécondité gigantesque de la Terre lui fit donner naissance à des êtres monstrueux parmi lesquels Titan, père des Géants, Japet, le père de Prométhée et Kronos.


LES KRONIDES : Kronos (Saturne) et Rhée

Ouranos ne permettait pas à ses enfants de voir la lumière du jour et les laissait dans l'obscurité de la Terre maternelle.
"La Terre énorme, en ses profondeurs, gémissait, étouffait. Elle imagine alors une ruse perfide et cruelle. Prompte, elle crée le blanc métal acier; elle en fait une grande serpe, puis s'adressant à ses enfants et pour exciter leur courage elle leur dit, le coeur indigné : Fils issus de moi et d'un père insensé, si vous voulez me suivre, nous punirons l'insulte mauvaise de ce père, bien que ce soit votre père..."

Hésiode Théogonie 116-122 Traduction Mazon

Seul le plus jeune, Kronos, accepta de se révolter contre celui qui lui avait donné la vie et mutila son père, le rendant incapable de procréer. Ce fut le premier crime, engendré par la haine que le père portait à ses enfants...

Kronos conclut, pour régner, un accord avec son frère aîné, Titan, s'engageant à ne pas avoir d'enfants mâles, qu'il dévorait à la naissance. Mais sa femme, Rhée, parvint à sauver Zeus en donnant à dévorer à Kronos, à la place du nouveau-né, un caillou enveloppé de langes. Titan, considérant l'accord rompu, détrôna Kronos. Le fils de Kronos, Zeus, l'aida à reconquérir le pouvoir suprême. Mais, de nouveau menacé par son père, Zeus le contraignit à lui abandonner le pouvoir. Kronos, exilé sur Terre, fit régner la justice : ce furent les temps heureux de l'âge d'Or.

 

LES OLYMPIENS : Zeus (Jupiter) et sa soeur-épouse Héra (Junon)

Les fils de Titan, les Géants, réclamèrent le trône : ils escaladèrent le Ciel en entassant des rochers. Zeus - avec l'aide d'un des descendants de Titan - Prométhée - parvint à les vaincre et à conserver le pouvoir suprême. Un mythe raconte comment Prométhée, qui savait par sa mère quel était la destin de Zeus : une Déesse était désignée par le Destin pour mettre au monde un fils qui serait plus fort que son père... seul Prométhée connaissait le nom de cette divinité. Il accepta de livrer ce secret à Zeus, lui assurant ainsi la permanence du pouvoir. Eschyle en fait le thème de trois tragédies : Prométhée enchaîné - Prométhée délivré - Prométhée porte-feu, achevant dans l'harmonie d'une généreuse réconciliation l'antagonisme entre la Terre, (Prométhée est un Titan, fils de Gaïa,) et Zeus, le nouveau dieu suprême.

-