LEXIQUE
 LEXIQUE
 LEXIQUE
 LEXIQUE
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
E
F
L
E
X
I
Q
U
E
N
O
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
Q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

 

autre monde

l’homme : un microcosme à la ressemblance, en miniature, du grand monde : le macrocosme

 

 

 

 

 

 

B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C

 

 

 

Caton un écrivain latin qui voulait revenir à la rude austérité de la Rome antique, en affirmant que les arts amollissent les hommes et affaiblissent une nation.
Contemner mépriser
Conférer comparer
   
   
   
Cuider Le verbe latin cogitarer (qu'on reconnaît dans le mot "cogiter, cogitations") a donné par évolution phonétique >cuider. Cuider, mot très usuel au 16e siècle, est ainsi défini dans le Thrésor de la langue francoise de Nicot, "C'est avoir opinion, estimer, présumer que quelque chose soit".
   
D

 

dodonéens

la forêt de chênes sacrés de Dodone, en Epire, laissait entendre la voix de Zeus dans le bruit des feuillages agités par le vent. Les prêtres interprétaient et donnaient des oracles réputés.

 

 

 

 

 

 

 

E

 

Encombre

Obstacle. On dit encore : arriver sans encombre. Au 16e siècle, le mot a un sens très fort : c'est un obstacle, un événement néfaste qui empêche quelqu'un de réaliser un projet. Dans le Thrésor de la langue françoise, il est défini ainsi : "nuisance, empeschement, adversité (...) Estre encombré de dueil & d'ennuy"
Ennuyer Le sens de ce mot s'est considérablement affaibli : il n'évoque plus aujourd'hui que des ennuis, de superficiels tracas. Ennuyer quelqu'un n'est pas le supplicier. Jusqu'au XVIIe le sens du mot est encore proche du sens originel, formé sur le mot latin odium : haine. Etre ennuyé c'est être poursuivi, obsédé par la haine...
   
   
   
   
Enthousiasme

Etymologiquement, le mot contient le mot grec "theos" : c'est irruption du divin dans l'homme. La présence du divin est encore liée au mot dans la définition donnée par le dictionnaire de Furetière au XVIIe siècle : ENTOUSIASME.s.m. Fureur prophetique, ou poëtique qui transporte l'esprit, & qui luy fait dire des choses surprenantes & extraordinaires. Les oracles n'étoient point rendus, que la Sybille ou la Prêtresse ne fust saisie d'un certain enthousiasme. Les Poëtes ne font bien des vèrs que lorsqu'un enthousiasme les transporte

Etonner comme frapper de la foudre (Cf. tonnerre)
Etrange

Jusqu'au XVIIe siècle, le sens du mot a conservé celui des deux mots dont il est formé : "ex" "terra" ce qui vient d'une autre terre, étranger... La Fontaine parle des "nations étranges" (XII 23) pour désigner les nations étrangères...

F

 

Flambeau Au 16e siècle, selon les informations assez techniques du Thrésor de la langue françoise, le mot désignait les cierges de cire qui étaient portés devant les grands seigneurs. D'autres modes d'éclairages se différencient de ces flambeaux aristocratiques : la torche, la chandelle de suif et la bougie, chandelle de cire importée de Bougie à partir du 13e siècle..
Fort

Au 16e siècle, le mot désigne, selon le Thrésor de la Langue francoise, de Nicot, "un lieu fortifié pour la guerre & contre l'incursion de l'ennemi"

Fortune Au singulier le mot signifie le sort. Avec une majuscule, le mot, allégorie du destin, évoque le déesse Fortune qui décidait des événements heureux ou malheureux de chaque existence. Le mot fortune, au singulier, n'a pas, au singulier, le sens modrne, de richesse.
   
   
   
G

 

Gêne

Le mot a un sens très fort jusqu'au début du 18e siècle. Etymologiquement, il vient d'une racine francique qui désignait la torture faite pour obtenir des aveux. Au 16e siècle, on a rapproché ce terme du mot hébreu géhenne (ge-hinnon) le nom de la vallée où les Juifs sacrifièrent à Moloch, lieu maudit depuis lors, et utilisé pour désigner l'enfer : dans le Thrésor de la langue francoise de Nicot, "Geine (ou gehenne ou Genne) Il vient de Gehenna.(...) torture ou question" L'équivalent latin est "tormentum". Dans les documents d'archive du Chatelet, on note quand les aveux sont obtenus sans ou avec "gehenne")

Gourmander Consommer avec gourmandise, avec délectectation : savourer.
Griefs Etymologiquement, le mot vient du latin gravem>grave avec le sens usuel de pesant, lourd, puis de pénible à parter, d'où le sens plus général de pénible. Dans l'ancienne représentation du monde, les "graves" sont attirés vers le bas; probablement parce que l'enfer étant lui aussi situé dans les lieux bas (inférieur, enfer), le mot a désigné tous les événements douloureux, les dommages subis, les motifs de se plaindre. Dans le Thrésor de la langue francoise de Nicot, l'exemple donné est "grief, tort : damnum, injuria"
   
   
   
   
   
   
   
H

 

Honnête Honorable. Au 16e siècle, le sens du mot est encore proche ce celle du mot "honneur". Il n'a pas encore le mot moderne de "qui ne vole pas", qui ne s'empare pas malhonnêtement du bien d'autrui. C'est une vertu aristocratique, comme le courage..
   
   
   
   
I

 

Instrument

Testament : ancien testament, la Bible; nouveau testament, les Evangiles.

Incontinent Immédiatement
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
J

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

K

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L

 

Las

Librairie

Malheureux - "Las" au XVIe est encore ressenti comme un adjectif. Il s'accorde, par exemple, au féminin, Hé, lasse moi, je crains..
Bibliothèque

 

 

 

 

 

 

 

M

 

Marâtre

ou marastre : étymologiquement : la femme du père, la belle-mère. Le mot a pris un sens péjoratif.

 

 

   
   
   
   
   
   
   
   
   
N

 

 

Nourrriture

 

Education

 

 

 

 

 

 

O

 

Origène Théologien grec du IIIe siècle après Jésus-Christ. D’abord l’ami, puis l’adversaire de saint Jérôme.
Oultrecuidé Le Thrésor de la langue francoise de Nicot rapproche ce terme de cuider : "pour un qui a trop grande opinion de soy, estimant de soy-mesmeplus qu'il n'est."
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Q

 

Queste

Quête 6 Action de chercher. Au 16e siècle, le mot appartient au vocabulaire de la chaase. Dans l'article "queste" du Thrésor, Nicot cite en premier exemple :"Quester un cerf, parce que avec un limieron va cherchant ses fryes, son reduict et buisson par enceintes et d'autres subtilitez, pour en faire rapport à l'assemblée, le lancer et bailler aux chiens". Dans l'ouvrage de Gaston de Foix, le Livre de la Chasse, le mot est usuel pour désigner la recherche du gibier.

;  
   
   
   
   
   
   
   
   
R

 

rais

du mot latin radium>rai qui désignait une baguette pointue, un piquet, un dard, un rayon lumineux. C'est sur ce mot latin que le mot "radium", puis irradié ont été formés. Aux 16e siècle, un "ray" selon le Thrésor de la langue francoise de Nicot, "est la lueur qui part en pyramide, d'un grand feu, ou d'un corps lumineux. Ainsi on dit le ray, ou plustost les raiz de soleil"

repaître se nourrir, manger
retz formé sur mot latin rete, qu'on retrouve dans "retiaire", gladiateur armé de filets, et dans les termes actuels "réticule" (petit filet à provisions et "réseau". Au 16e le mot appartient au vocabulaire de la chasse : c'est une technique de chasse dans laquelle le giblier était rabattu vers les filets, comme l'illustre la miniature de Livre de la Chasse de Gaston de Foix.
   
   
   
   
   
   
   
S

 

Serf Esclave. A l'origine, un serf est un homme qui, comme un esclave, est la propriété d'un autre. Le servage, à l'époque de la féodalité est l'état de ceux qui font partie d'un grand domaine, qui appartiennent à la terre, et sont vendus avec elle lorsque elle est partagée ou vendue. Adjectif, au XVIe siècle, le mot, employé au sens figuré, signifie non-libre, esclave de...
Souloir Du verbe latin solere>souloir, avoir coutume de, faire qualque chose de façon habituelle
   
   
   
T

 

testonner

trope

peigner

troupe

 

 

 

 

 

 

 

U

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V

 

Vesprée

Le soir, la soirée

   
   
   
   
   
   
   
   
   
W

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Y

 

Yssir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sortir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Z