Le MYTHE DU PROGRES

 

INTRODUCTION

 

 

 

 

Pour que l'histoire humaine ait du sens, qu'elle ne soit pas seulement une succession d'événements fortuits, il faut qu'elle ait un sens, qu'elle nous apparaisse comme dirigée vers une fin (au double sens de terme et de finalité) : le mythe du Progrès, c'est l'idée que l'histoire humaine est celle d'une marche en avant, d'une montée qui, marche après marche, conduit l'humanité des ténèbres de l'ignorance aux lumières de la Raison.

 

 

 

 

 

 

Dans les sociétés traditionnelles, l'idée que tout se dégrade en partant de l'Origine est liée à la conviction que l'usure du Temps atteint tout ce qui existe. Elle se manifeste dans les images traditionnelles de la succession des âges : l'Age d'or est un Paradis perdu, auquel succèdent l'âge d'argent, l'âge d'airain, puis l'âge de fer.

 

 

L'âge premier d'une innocence sainte
A ces vivants apporta ce bon heur (ce sort heureux)
Que franchement (librement) sans loi, force, ou contrainte
On maintenait la foi, le droit, l'honneur.

 

L'âge d'Argent

 

 

L'âge de Fer


Le temps étant circulaire, un nouveau cycle recommence.


Le serpent est un animal chtonien : le temps circulaire est celui des saisons, des migrations des animaux sauvages, des générations, des marées : celui la Nature... C'est un temps féminin.

 

Pour Platon lui-même, le dégradation des institutions politiques est inévitable : de l'Aristocratie, le gouvernement des meilleurs, un enchaînement de causes et d'effets conduit inévitablement à l'anarchie.

L'idée du Progrès est au cœur du courant de pensée que l'on a appelé la philosophie des Lumières. Les valeurs de ce système idéologique sont devenues le fondement de notre démocratie.
Mais un phénomème inquiétant apparaît : l'avenir n'apparaît plus comme la réalisation d'une société harmonieuse, mais comme un cauchemar devenu réalité : l'utopie des Lumières a fait place au "meilleur des mondes" non le meilleur des mondes possible de Leibnitz, mais celui, terrifiant, d'Huxley.

 

La Raison des Lumières organise la société humaine et planifie le cheminement de l'humanité de façon identique pour toutes les sociétés, avec le risque d'uniformiser les cultures en leur imposant un modèle de développement identique et de confondre progrès technique et progrès humain : le rationnel n'est toujours raisonnable et il n'existe aucun critère universel pour décider si un changement est un progrès...

 

 

POLITIQUE : LE MYTHE DU PROGRES
Liste des textes
Tests de compréhension
Documents